potager_09_072ème partie des plantes se ressemant souvent spontanément seules, et dont, par conséquent, vous pouver garder les graines, car il ne s'agit pas de plantes huybridées (ou elles reviennent à la variété type, tel l'agératum...) et encore moins de plantes OGM.
En gardant vos graines, , non seulement vous faites de substancielles économies, mais vous contribuez a sauvegarder la biodiversité végétale, et ne dépendez pas (ou moins) des grainetiers industriels...

LES DECORATIVES avec parfois d’autres usages
Ageratum Ageratum houstonianum : Une fin de printemps, j’ai  trouvé  de nombreuses plantules, là ou l’été précédent des agératums (achetés en plants) avaient fleuris. Après avoir commencé d’arracher ces jeunes plantes, que je n’avait pas reconnu au début…, j’en ai laissé pousser quelques unes, qui on superbement fleuries. Aussi, depuis environ 6 ans, j’ai maintenant 2 nurseries d’ageratums : coins ou je les laisse vivre à leur rythme, et ou je ne dérange pas la terre au printemps. Cette plante y fait ses bébés, qui seront ensuite déplacés pour remplacer quelques fleurs fatiguées par l’été. Ces superbes agératums, d’environ 40 cm de haut, fleurissent ensuite de fin juillet jusqu’aux gelées.

bleuet_abeilleBleuet Centaurea cyanus : Les bleuets, tout comme les centaurées Barbeau (rose, blanc, pourpre ou bleue) se ressèment facilement, et je ne m’en plaint pas : seul le surplus est éliminé, car il est nécessaire d’éclaircir ces plantules trop serrées. Je récolte aussi les fleurs de bleuet officinal pour confection de lotions oculaires. Tous ces bleuets sont beaux et font  le bonheur des abeilles et autres insectes butineurs.

Cosmos  Cosmos bipinatus et C. sulfuréus : Gracieux et légers, les cosmos se ressèment avec une belle régularité tous les ans, fournissant de quoi faire de nombreux bouquets. Ils ne supportent pas bien la transplantation, et je me contente généralement de les éclaircir. Quand j’y pense… je pince les cosmos qui deviennent nettement plus trapus ainsi.

Impatiente Impatiens walleriana : Elle fait de nombreux semis, que je laisse croître, après éclaircissage,  dans quelques coins humides et ombragés. Comme, j’en achète 3/4 pieds tous les ans, pour garnir une jardinière, les semis spontanés, m’offrir une gamme variée de couleurs.

Volubilis Ipomea  grandiflora: Gracieuses et généreuses, les ipomées reviennent régulièrement fleurir les lieux ou vous en avez semé UNE fois… et elles vont même un peu plus loin, histoire de vérifier si la terre y est aussi bonne !

Lin rouge Linum grandiflorum : Gracieux, et plein d’attention pour moi : il ressème ses lumineuses fleurs, sans excès, par ci par là.

Matricaire Chamomilla recutita ou Matricaria recutita: La camomille vraie, aussi surnommée camomille allemande est une plante médicinale anti-inflammatoire, antispasmodique, fébrifuge, relaxante… qui sert aussi pour les soins de beauté et éclaircir les cheveux blonds. Bonne plante compagne, au jardin, ses fines racines aèrent le sol et son infusion sert pour limiter la fonte des semis. La matricaire, qui renforce les plantes est utilisée en  biodynamie (préparation 503).

Myosotis Myosotis arvensis : Celui là s’invite tout seul dans les jardins, mais ce charmant sauvage est ravissant, et comme il est comestible (feuilles, fleurs, crues ou cuites) on se supporte… quelques temps !

tagete_lucida_syrphe Œillet et rose d’inde Tagetes Lucida, T. Patula, T. Minuta, T.Tenuifolia : Indispensables dans un potager, irremplaçables dans les jardinières, et très présentables en cuisine, surtout le Lucida, mon chouchou des apéritifs, poissons au four et lapins sautés ! Là, j’en sème quand même tous les ans, parce que prélevant les sommités fleuries, il n’a guère le loisir de faire beaucoup de graines…. Les semis spontanés d’œillets et roses d’inde, fleurissant vers la mi juillet, égayent les planches de potager en attente de légumes (ou du grossissement de ceux-ci…) et me servent de « bouche trou » dans les massifs. Ils supportent fort bien d’être déplacés, même en pleine floraison : parfois nécessaire pour faire un rang complet, et presque, droit, de légumes d’hiver.

Pétunia : il en existe une foule de couleurs et d’hybrides. Tous les ans, quelques semis spontanés, arrivent à fleurir, même entre des pierres ou des coins peu hospitaliers. Ce sont presque toujours des fleurs de couleur rose « flashy », sans doute un retour à l’espèce type. Je les laisse souvent là ou ils sont nés (rarement des naissances multiples…)

Pied d’alouette Delphinium ajacis : Ces gracieux familiers des jardins de « grand-mère » gèrent leurs semis au milieu des mes rosiers qui s’entendent fort bien avec eux.  J’éclaircis, parfois, et c’est tout. Là aussi, j’en ai semé UNE fois… il y a quelques années !

Pois de senteur  Lathyrus odorantus : Ces froufroutantes et odorantes fleurs égrainent facilement quelques pois des gousses arrivées à maturité, mais ne sont généralement pas envahissants. Ce sont souvent les premiers pois de senteur à embaumer mon jardin !
Soleil du Mexique Tithonia rotundifolia : Ce « soleil » qui enchante le jardin tout l'été de  ses fleurs d'un orange pur, rempli de tonus, reste sage en hauteur, moins de 1,5 m,  surtout si vous l’aidez en le  pinçant. Mis à part quelques arrosages, il se débrouille tout seul… et se ressème l’année suivante.

Zinnia : La plupart des variétés et espèces se ressèment seules. C’est avec impatiente que j’attends leurs premières fleurs, pour éventuellement les déplacer, en fonction de la couleur qui est souvent une surprise… Ils ont élus domicile, à demeure, en bout de potager, ou ils tiennent compagnie aux légumes et accessoirement servent pour des bouquets.


cerfeuil_tubereux_rosier_rueRACINES ET TUBERCULES
Et puis, vous l’avez tous constaté : les Crosne, Hélianthe, Pomme de terre et autres bouts de Topinambour oubliés donnent de superbes récoltes, souvent plus précoces que les plantations… Par ailleurs le panais, si capricieux et délicat à faire lever en semis « ordonnés »,  se ressème fort bien quand on en laisse monter à fleurs et à graine !


Fouillis mon jardin ? Non seulement exubérant, et très généreusement vivant, car toutes ces plantes non hybridées, fleurissant abondamment, sont très riches en pollen, fort apprécié des butineurs. Alors, ça grouille, saute, vole, bourdonne, gazouille, croasse et me rend au centuple le peu d’efforts qu’il y a à laisser quelques plantes vivre leur vie, avec le grand plaisir de belles récoltes.

Quelques uns de mes livres, écrits sous mon vrai nom: Pierrette Nardo:
Mes bonnes plantes et mes bonnes herbes
Cuisinons les fleurs
Purins et macérations

 Floradiane cuisine les fleurs - 100% mag - M6